La Plantation de Cacao

Finca Luis de Sisa – La plantation de Benoît Nihant au Pérou Près de 8 ans après la fondation de sa chocolaterie, Benoît Nihant a acheté des terres cultivables au Pérou. Il a décidé de créer sa propre plantation et…

La Plantation de Cacao

Source

0
(0)

Finca Luis de Sisa – La plantation de Benoît Nihant au Pérou

Près de 8 ans après la fondation de sa chocolaterie, Benoît Nihant a acheté des terres cultivables au Pérou. Il a décidé de créer sa propre plantation et de repousser les limites de la création gustative. C’est à San Jose de Sisa, dans la province de San Martin que le Cacaofèvier voit son nouveau rêve se réaliser. Cette plantation, il a décidé de la nommer « Luis de Sisa » en clin d’oeil à son fils, Louis.
La région n’est pas choisie au hasard. Après avoir parcouru le monde à la recherche des meilleures plantations de cacao, Benoît Nihant a été séduit par la région de San Martin, ses paysages somptueux, son histoire et la chaleur de ses habitants. Encore inaccessible il y a 3-4 ans, cette région reculée en bordure de forêt amazonienne était jugée trop dangereuse, le narcotrafic imposant ses lois et coupant la population du reste du monde. Depuis peu, le gouvernement péruvien aide les paysans locaux à remplacer leur culture de coca par celle du cacao.
Assisté par des ingénieurs agronomes de différents pays, le chocolatier entend retirer la quintessence de ce terroir tout en privilégiant une démarche durable. Il veut aussi montrer qu’il est possible d’obtenir un rendement à l’hectare intéressant avec des variétés d’arbres plus rares et dédiées au goût, pour inciter les paysans locaux à le suivre dans sa démarche et à ne pas continuer le développement du CCN51, certes productif mais au détriment du goût. Pour atteindre ces objectifs, Benoît a décidé de s’impliquer dans un programme ambitieux de reforestation raisonnée. En effet, outre les cacaoyers, des espèces ligneuses locales comme les Capironas, les Caobas ou les Cedros sont aussi replantées de manière à recréer un écosystème et à favoriser le développement d’insectes particuliers permettant la pollinisation du cacao.
Le bâtiment principal de la ferme a été érigé ainsi que l’habitation de la famille péruvienne qui vit sur place. Des installations de séchage et de fermentation ont été construites en avril 2016 et sont prêtes à recevoir les premières fèves issues des quelques plants plus anciens présents sur les terres.
Benoît et son équipe ont planté en novembre 2015 les bananiers et les goyaviers dont les grandes feuilles donneront de l’ombre aux bébé-cacaoyers d’espèces rares et aromatiques plantés en septembre 2016. En parallèle, la vente des premières bananes sur le marché local permet de subvenir à une partie des besoins des familles travaillant à la plantation.
Il faudra attendre entre 4 et 5 ans pour que les cacaoyers portent les premiers fruits utilisables. D’ici là, c’est une belle expérience humaine et gustative qui attend le chocolatier.

0 / 5. 0